Anita Blake tome 18 – Flirt – Laurell K. Hamilton

 Éditeur : Bragelone
Nombre de pages : 188
Date de parution : 27 septembre 2013
Prix : 15,00 Notepaillons2

711xKqPss0L._SL1500_Résumé : Relever les morts, c’est ce que je sais faire le mieux. D’ailleurs, je suis la meilleure du pays. Raison pour laquelle j’ai reçu peu, celui-ci m’a un certain Tony Bennington. Veuf depuis me exorbitante, un service demandé, en échange d’une peu courant : ramener feu son épouse à la vie. Mais ça, même si je suis pleine de compassion, c’est hors de question : ce qui sortirait de la tombe ne serait pas vraiment le miracle auquel s’attend cet homme. On dirait bien pourtant qu’un refus poli ne lui suffira pas et il a laissé entendre qu’il savait beaucoup de choses sur ma vie et mes amants.

Mon avis : Je continue cette série parce qu’elle a été la première du genre que j’ai lu et qu’elle a un place particulière dans ma bibliothèque, mais comme je l’ai déjà dit dans plusieurs de mes avis précédents, depuis le tome 10 le plaisir de lecture est plutôt variable…

Mon avis ne sera pas construit comme d’habitude, quand on arrive au 18ème tome d’une série, il est difficile d’en écrire un avis. Déjà, pas de résumé personnel, si vous ne connaissez pas la série, vous seriez plutôt perdu qu’autre chose. Alors je vais passer directement à mes impressions.
Pour aller à l’essentiel, je dirais que dans l’ensemble j’ai été déçu par le livre. Ça commençait plutôt bien, pour une fois le tome mettait l’accent sur l’intrigue policière et juste sur l’intrigue, avec de nouveaux personnages que j’étais contente de découvrir et là je dois bien avouer que l’auteur sait écrire ses enquêtes, qu’elles sont bien menées et qu’à chaque fois je me laisse emporter (même si pour le coup, j’avais un peu deviner le « truc »). Là où le bas blesse pour moi, c’est la vie amoureuse de l’héroïne, je n’en peux plus de cette accumulation !! C’est pas crédible pour deux sous ! Oui, je sais les vampires, les loups-garous et les zombies non plus. Mais là ça passe plus… A chaque fois je pense que l’auteure va se calmer mais non, elle en rajoute. STOP ! Parfois faut savoir d’arrêter ! Laurell, si tu m’entends…

Dans l’ensemble ma lecture a été rapide et plutôt plaisante, mais c’était parce que c’est un court roman, pas dit que le prochain me séduise. Je sais, je dis tout le temps ça, et finalement je continue, jusqu’au jour où je n’en aurai vraiment plus envie… On ouvre les paris ? 😉


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Kitty Norville tome 1 – Kitty et les ondes de la nuit – Carrie Vaughn

Éditeur : J’ai lu
Nombre de page : 310
Date de parution : 13 mars 2013
Prix : 6,70€ 4

97822910Résumé : «- Bonne nuit, Denver. C’est Kitty qui vous parle sur K-NOB. Il est minuit, c’est l’heure du crime et je m’ennuie. Je vais donc vous saouler de blabla jusqu’à ce qu’un auditeur appelle. À ma grande surprise, ça a tout de suite sonné. Cool.Je n’aurais pas à mendier.
– Est-ce que tu crois aux vampires ?
Silence. N’importe quel autre Dj lui aurait renvoyé illico une réponse bien torchée sans même y penser – encore un de ces tarés à la recherche d’un peu d’attention. Mais je n’étais pas n’importe quel autre DJ…»

Vous l’aurez compris, je suis animatrice radio et la nocturne n’est pas de tout repos ! Quand j’ai commencé mon émission, Les Ondes de minuit, je m’attendais à tout sauf à recevoir l’appel de tous les dépressifs du monde de la nuit. Eh oui, tous y passent : vampires, sorcières, lycanthropes… Il est vrai qu’étant moi-même un loup-garou, mes auditeurs sont en confiance. Seulement, le succès est tel que ça commence à s’agiter dans l’ombre. Que ce soit ma meute ou la clique vampirique du coin, ils préféreraient que je me taise… définitivement.

Mon avis : Cette série m’avait été conseillée lors de sa sortie en grand format chez Pygmalion par mon amie Tima. J’ai donc été super contente de voir qu’elle était éditée en poche et donc beaucoup plus accessible à mon porte-monnaie.

Kitty est un loup-garou depuis 2 ans. Elle est animatrice d’une émission de radio nocturne, et un soir où elle manque d’inspiration, la voilà qui lance à l’antenne le thème des créatures dites surnaturelles, vampires, loups-garous et autres bestioles du même acabit. Son émission devient alors l’émission de la nuit à ne pas manqué et de petite radio locale, elle est diffusée sur plusieurs radios nationales. Kitty ne s’attendait pas à autant de succès, et si son compte en banque est plutôt satisfait de cette évolution, il n’en est pas de même pour tous les dégénérés et autres soucis qu’elle s’attire…

Les premiers contacts avec Kitty ont été plutôt positifs. J’ai aimé son sens de la répartie et son côté un peu grunge, je me laisse porter par la vie et advienne que pourra. Sauf que ça se gâte vite. Je n’ai pas du tout aimé sa louve. Elle est plus que soumise et je n’ai pas l’habitude des personnages sans caractère. J’ai aussi eu du mal avec la politique de la meute. Oui, il y a bien un Alpha mais il s’autorise des prérogatives qui m’ont fait froid dans le dos (j’ai un peu de mal avec le droit de cuissage), et même si l’auteur essaye de mettre l’accent sur l’esprit de meute, je ne l’ai pas senti du tout ! J’étais un peu paumé avec tout ça.

Heureusement Kitty évolue beaucoup dans ce livre et vers la fin je me suis réconciliée avec elle, même si j’ai aussi trouvé qu’elle faisait de grosses grosses boudes. Et autre heureusement, les intrigues, l’enquête sur les meurtres et les manigances de meutes sont aussi bien menées. Ça ne révolutionne pas le genre (comme je dis toujours) mais ça se lit très bien et ça m’a fait passer un très bon moment.

Du coup, je vais continuer la série, même si ce premier tome se suffit à lui même (pour les récalcitrants à commencer une nouvelle série). En même temps, faut pas trop me pousser pour continuer des séries hein 😉

Challenge Morsures et sortilèges 4/60

Challenge Morsures et sortilèges 10/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Anita Blake T14 – Danse Macabre – Laurell K. Hamilton

Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 569
Prix : 25,00€

Résumé : L’ardeur d’Anita vient d’atteindre un nouveau palier : vampires et métamorphes se bousculent pour devenir les esclaves de son pouvoir. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Anita est simultanément confrontée à une terreur bien plus banale et néanmoins tout aussi redoutable : celle d’être tombée enceinte. Parmi ses nombreux amants, qui peut bien être le père de son bébé ? Et comment réussira-t-elle à concilier son travail de Marshall fédéral et d’exécutrice avec l’éducation d’un enfant ?

Mon avis : Le livre dans ma BAL est un grand format de 569 pages, autant dire un beau bébé, mais il faut bien ça pour loger Anita et son harem. Rare les héroïnes autant entourées ! Bon, ok, y’a Merry, mais elle a été créée par la même auteure 😉

J’ai ouvert ce livre pleine d’appréhension, pleine des préjugés face aux avis que j’avais lu sur le net et des différents échanges que j’avais eu avec les lectrices de VO. Je n’y suis pas allée à reculons mais presque. Et finalement j’ai été surprise plutôt agréablement. Attention, cet avis comporte des spoiler pour ceux qui ne sont qu’au début de la série, même si j’ai essayé de faire attention.

Le ton du livre est donné par la quatrième de couverture. Anita a peur d’être tombée enceinte et des conséquences qu’un bébé entrainera sur sa vie, sans parler du fait qu’elle a un peu de mal à savoir qui est le père parmi ses sept amants, même si certains sont écartés d’office. Elle se pose alors toutes les questions légitimes que se pose une femme dans une telle situation. À ça s’ajoute le fait que les pères potentiels sont tous des créatures « surnaturelles » et que leurs particularités vont être transmisses au bébé. Le tout baignant dans l’atmosphère pesantes des jeux de pouvoirs créés par la visite à Saint Louis d’autres maîtres de la ville.

Vous savez donc que j’avais quelques aprioris avant d’ouvrir ce livre, je l’ai lu avec méfiance au début et me suis ensuite laissée entrainer par les jeux de pouvoirs et la découverte de l’évolution de chaque personnage, de leur caractère, de leurs pouvoirs… J’apprécie toujours autant l’univers créé par Laurell, ce monde peuplé de métamorphes, vampires et autre créatures sorties parfois des pires cauchemars de l’homme à travers les âges. Elle a su créer un monde cohérent, avec des jeux de pouvoirs et surtout une évolution des pouvoirs de chacun. Aucun personnage ne reste figé, qu’il soit principal ou secondaire, ils évoluent tous et tous trouvent leur place dans la trame de l’histoire, comme un puzzle ou chaque pièce s’emboite logiquement avec les autres. On sent que tout ça est réfléchi, murement pensé… L’évolution d’Anita me fascine, elle acquière des pouvoirs étonnants, son corps est capable de choses époustouflante, elle est une contradiction à elle toute seule et j’adore ça ! Cette femme exceptionnelle est une de mes héroïnes préférées depuis presque 8 ans. Mais depuis quelques tomes certains aspect de l’histoire me déçoivent, je trouve l’arrivée de l’ardeur lourde à lire, oui, elle est justifié et logique dans l’évolution de tous, mais ces scènes de sexe à outrance, limite pornographiques me gênent et je trouve qu’elles apportent peu à l’histoire.
L’autre point négatif c’est que Laurell se perd parfois dans des descriptions et des dialogues inutiles, alourdissant, rallongeant le récit. Ce livre de 569 pages se passe sur 24h de temps !
Et enfin, j’ai aussi parfois du mal avec le côté moralisateur à outrance d’Anita, elle qui tant bien que mal fait du mieux qu’elle peut avec les épreuves qu’elle rencontre.

Bref, un avis mitigé, mais je pense que je continuerais à lire cette série un moment, puisque je suis curieuse de voir comment vont évoluer les pouvoirs d’Anita et les différents groupes auxquels elle appartient.

Merci à Bragelonne et Livraddict pour cette lecture.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Les Haut-conteurs tome 3 – Cœur de lune – O. Peru & Patrick Mc Spare

Éditeur : Scrinéo Jeunesse
Nombre de pages : 317
Prix : 14,90€

Résumé : Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, en laissant de nombreux cadavres derrière lui. Quarante années plus tard, l’on murmure encore que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Happés par un tourbillon de folie et de sang, dans la chaleur torride de l’été germanique, les Haut-Conteurs, Roland Coeur de Lion et Mathilde la patiente, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d’atrocités ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’oeil glacé de la pleine Lune, les évènements pourraient bien s’avérer fatals à nos héros…A Coeur de Lune, Coeur de Lion !

Mon avis : Troisième volet des aventure des Roland et le jeune homme des débuts prend de l’ampleur !

Nous avions laissé Roland dans sa famille après sa dernière mésaventure de résolue, pour quelques jours de vacances bien mérités. Nous le retrouvons ici en voyage en France à la poursuite du Haut-conteur qui les a trahi. Les indices les mènent en Allemagne et vers une contrée où se passent d’étranges meurtres qui paraissent perpétrés par une bête sauvage…

Dans ce tome, après le mythe des vampires, c’est celui des loups-garous qui est revisité par nos deux auteurs. Comme à leur habitude le mythe est assaisonné à la sauce moyenâgeuse et on peut dire que la mayonnaise prend ! La mythologie mise en place reprend du loup-garou et de la bête du Gévaudan, cette bête qui a sévi pendant quelques années dans cette région de France. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’au moyen-âge les superstitions ont la vie dure ! Venus quérir des informations sur Rupert, nos amis ne veulent pas laisser les habitants de ce hameau, délaissé par leur seigneur, aux prises avec cette bête féroce qui attaque à la nuit tombée.

Notre troupe composée de Mathilde, Roland, Elena, la jeune apprentie, et le « petit  nouveau » Geoffroy bouche goulue, reste fidèle à elle-même et mène l’enquête envers et contre tout, patiemment et obstinément. Elle croise des personnages hauts en couleur et complexes. Encore une fois, nos amis ne savent à qui réellement faire confiance. Leur meilleure arme : ne compter que sur eux-même.

Notre personnage principal, Roland, grandit. Après avoir été projeté brutalement dans le monde des adultes en voulant devenir Haut-conteur, il a appris des enquêtes extraordinaires qu’il mène. Cette nouvelle aventure, lui apprend à être plus débrouillard, plus autonome et développe son esprit. Mais en plus il découvre les difficultés de l’amour et que les relations amoureuses sont plus que complexes.

Il est difficile de vous parler plus de ce tome sans vous en dévoiler sur l’intrigue et l’évolution intéressante des personnages. Le meilleurs moyen pour vous de savoir : c’est de le lire !

Le petit plus : Toujours ces superbes illustrations qui ponctuent le récit. Et une nouvelle en fin de livre, celle de la gagnante du concours mis en place par la maison d’édition.

Je remercie les éditions Scrinéo Jeunesse et Livraddict pour ce partenariat.


Cliquez si vous souhaitez acheter le livre.

[Comics] Anita Blake, tueuse de Vampires, T1 : Plaisirs Coupables – Laurell K Hamilton

Éditeur : Milady Graphics
Nombre de pages : 168
Prix : 14,90€

Résumé : Pour elle, tuer des vampires, c’est un job, mais aussi une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Et rien de
tel pour garder la forme !
D’habitude, les vampires l’évitent comme la peste. Mais il existe quelqu’un qu’ ils redoutent plus encore : un assassin qui s’attaque aux plus puissants d’entre eux. Le Maître de
Saint-Louis fait à Anita une proposition qu’elle ne peut pas refuser : pour sauver la vie de sa meilleure amie,
l’Exécutrice doit s’allier aux créatures qu’elle a pour mission de traquer et de tuer.
Retrouvez la série culte enfin en Comics !

Mon avis : Grande fan d’Anita Blake (mais ça vous devez commencer à le savoir depuis que je vous en rabat les oreilles) je n’allais pas passer à côté du comics adapté du roman ! Je le guette d’ailleurs depuis quelques années maintenant, étant à l’écoute de la moindre rumeur annonçant sa sortie. Quand j’ai enfin eu une date officielle j’ai eu du mal à le croire, il a fallu que j’ai le livre dans les mains pour qu’il soit vraiment réel. Je sais c’est idiot mais bon… on ne s refait pas. :p

Je l’ai lu assez vite, normal pour un comics, les dessins vont plus vite à regarder, les bulles plus vite à lire qu’un roman. J’ai aimé mettre un « visage » sur un nom, voir comment le dessinateur avait imaginé les personnages, constater à quel point certains étaient différents de ce que j’avais imaginé. Je suis restée sur mon imagination pour certains personnages et ai préféré d’autres dessins à ce que j’avais visualisé.

L’histoire est strictement la même que celle du roman, mais m’a laissé un sentiment de manque. Comme lorsqu’on regarde un film adapté d’un livre. Le temps imparti, 1h30 à 2h, ne permet pas de filmer toutes les scènes du livre, ou l’on se retrouverait avec un film de 6/7h :p Pour les dessins c’est la même chose. Enfin non, les dessins expliquent une partie des textes, représentent les descriptions, et les bulles synthétisant le reste. Il faut alors un temps d’adaptation. Mais une fois ce temps passé, je me suis plongé dans l’histoire avec délice. J’aime vraiment cette Anita des débuts et comme j’avais relu ce premier opus il y a 2 ans ½, cela m’a rafraichi la mémoire. Les dessins prenant du temps pour la réalisation des comics, le livre est divisé en plusieurs tomes, 12 dans le cas de celui-ci, et c’est assez frustrant d’être coupé en pleine histoire, surtout que les premiers tomes d’Anita Blake sont très accès sur les enquêtes. Bon, oui je sais je connais la fin vu que j’ai lu le livre, mais quand même ^^.

Concernant les dessins, je ne suis pas une habituée des comics mais j’ai bien aimé ceux-là. J’étais déjà familière de ceux représentant Anita Blake et Jean-Claude pour les avoir vu depuis quelques années sur le net, les autres ont été une vraie découverte et un vrai plaisir. J’ai vraiment bien aimé cette lecture, même si je l’ai trouvé bien évidement trop courte.

De plus, la petite nouvelle en image à la fin de la série est très utile pour encore mieux appréhender l’univers d’Anita Blake.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce comics, même si je ne suis pas fan du genre. Le seul petit hic restant le prix, même si je ne doute pas que ça les vaille, mon porte-monnaie n’est pas forcément du même avis.
Merci à Babelio et à Milady Graphics pour cette lecture.


Cliquez si vous souhaiter acheter.