Personal demons tome 1 – Lisa Desrochers

 Éditeur : Castelmore
Nombre de page : 352
Date de parution : 6 juillet 2012
Prix: 15,20€

Résumé : Frannie est plutôt du genre solitaire. Jusqu’au jour où Luc, un garçon au charme ravageur et diabolique, débarque dans son lycée. Frannie perd tous ses repères : elle est attirée par Luc et elle sent que cela va lui attirer des ennuis… et ce n’est que le début. Elle l’ignore encore, mais elle possède un don que convoite le Maître des Enfers. Luc n’est sur terre que pour marquer l’âme de la jeune fille… Mais les anges, eux aussi, s’intéressent de près à ce pouvoir exceptionnel. Ange ou démon… Frannie saura-t-elle faire le bon choix ?

Mon avis : Pour ne pas changer mes habitudes récentes, je me lance encore dans la lecture d’un livre jeunesse, mais je ne pouvais pas résister à ce résumé et à cette couverture tout en camaïeu de mauve, cette couleur que j’aime tant.

Frannie est une ado de 17 ans comme les autres, avec ses deux meilleures amies, ses ex, ses sorties, le lycée et les examens de fin d’année qui se rapproche. Mais cette petite routine bien huilée bascule lors de l’arrivé ce Luc au lycée. Bien sûr il est beau, ténébreux et a un côté bad boy qui attire, mais surtout il attire Frannie au delà de toute raison. Rien de bien alarmant en soit, si ce n’est que Luc n’est pas ce qu’il paraît être…

Encore une histoire d’anges et de démons me direz-vous, du bien et du mal qui s’affrontent sur la terre comme si c’était leur terrain de jeux favori et que nous n’étions que des pions. Alors je dis oui et non (oui, je suis pas contradictoire comme fille moi). Car oui, le Paradis et l’Enfer s’affrontent, mais d’une façon assez différente. J’ai beaucoup aimé la mythologie créée par l’auteure.
De plus, l’originalité de ce livre repose sur le changement de narrateurs. Nous avons ici les points de vue de Frannie et de Luc alternativement (même si j’avoue que cela m’a parfois un peu perdue, surtout dans les dialogue) ce qui permet d’aborder l’histoire dans son entier et de mieux percevoir les subtilités du récit.
Pour ceux qui me connaissent et ou qui ont l’habitude de suivre le blog, vous devez savoir que je suis un peu réfractaire à tout ce qui est sentiments dégoulinants, du genre guimauve, mais il n’y a rien de tout ça dans ce livre. Certes Frannie est attirée par Luc, mais elle met ça sur le dos d’une attirance physique pure et dure, à des hormones qui la travaillent vu son âge et pas à des sentiments forts qui naissent dès le premier regard sans comprendre pourquoi. Ici tout est fait dans l’ordre à mes yeux. L’attirance au début qui se mue avec le temps par des sentiments, même s’il est vrai qu’ici l’histoire d’amour est loin d’être facile.
J’ai beaucoup aimé les personnages que j’ai trouvé très crédibles. Frannie est une ado tout ce qu’il y a de normal, avec ce qu’il faut de mystère pour titiller notre curiosité, et Luc est la représentation de ce que je me fais d’un démon : beau, ténébreux et inquiètant.
Bref, je pense que lors de la sortie du deuxième tome qui est prévu pour mi-août ce livre finira dans ma PAL où il ne devrait pas passer trop de temps.

Merci à Livraddict et à Castemore pour cette lecture.

 

Kara Gillian Tome 1 – La marque du démon – Diana Rowland

Éditeur : Milady
Nombre de pages : 463
Date de sortie : 23 mars 2012
Prix : 8,70€

Résumé : Flic et invocatrice de démons, Kara Gillian est chargée d’enquêter sur une série de meurtres abjects. Convaincue que le tueur a un rapport avec les arcanes, elle compte bien mettre à profit ses pouvoirs occultes pour l’arrêter. Pourtant, cet atout pourrait se retourner contre elle lorsqu’elle invoque sans le vouloir une créature d’une beauté surnaturelle dont le contrôle lui échappe. Kara n’a plus droit à l’erreur, d’autant plus qu’un agent du FBI soupçonneux surveille ses moindres faits et gestes.

Mon avis : Je reste dans mon optique de baisser ma PAL (ouais, j’sais, j’en suis loin), et dans cette optique, je lis tous les premiers tomes que j’achète avant d’acheter la suite. Bein voui, comme ça ça me permet de savoir si je continue à acheter ou si j’arrête. Ça m’évite d’avoir des tomes 2 voire 3 et plus alors qu’au final je n’aime pas la série. Malin hein !

Kara est une invocatrice et une inspectrice mutée depuis peu à la brigade des homicides. Petite nouvelle, elle doit faire ses preuves auprès de ses collègues sur l’enquête de meurtres en séries rituels. Son avantage, c’est que le rituel « satanique » qui entoure ces crimes, elle le connait de part sa fonction d’invocatrice. Nous voilà donc sur les traces du tueur au symbole, elle est aidé par un mystérieux démon plus que charmeur et par un agent du FBI au regard plus que troublant… Allez hop, c’est partie pour une enquête saupoudrée de romance !

J’avais hâte de commencer ce livre, il fait partie de ceux publié par Milady qui me faisait bien envie (avec La fille du soleil noir, avis du tome 1 ICI, et Le sang du rock, avis du tome 1 LÀ) et je dois dire que j’ai un avis mitigé sur ce premier tome…
L’enquête par elle même est très bien, je me suis vraiment faite balader, allant exactement dans le sens où l’auteure voulait mener son lecteur, pour tomber encore plus des nues quand j’ai découvert le coupable ! Là franchement j’ai adoré ! Mais l’histoire tire parfois en longueur, certaines scènes auraient pu être plus courtes.
Le monde de l’invocation est aussi extrêmement bien expliqué, jamais je ne me suis sentie perdue, enfin si un peu avec le nom des démons, mais ça c’est ma mémoire qui a du mal à les imprimer, c’est encore autre chose.
J’ai trouvé que le personnage de Kara manquait un peu de profondeur, elle a du caractère, de l’humour et réagit intelligemment, mais j’ai trouvé qu’il lui manquait un petit quelque chose. Peut-être est-ce dû au fait que nous sommes en présence d’un premier tome qui doit aussi poser l’univers et présenter les personnages récurrents ? J’ai beaucoup aimé le personnage de la tante de Kara, Tessa, personnage haut en couleurs, légèrement caricatural, mais très attachant. Pareil, j’ai succombé au charme de l’agent du FBI Ryan Kristoff et à ses yeux verts hypnotiques, moins à celui du démon Rhyzkahl, mais je ne doute pas qu’il envoutera pas mal de lectrice.

Bref, malgré quelques bémol, je pense que je vais me pencher sur le 2ème tome avec curiosité pour voir si l’auteure me charme plus.

Auteur nord américain vivant


Cliquez si vous souhaitez acheter

Jill Kismet T1 – Mission Nocturne – Lilith Saintcrow

Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 282
Prix : 15,50€

Résumé :  Que la chasse commence !
Mon nom est Jill Kismet.
Spécialiste en trucs surnaturels. Exterminatrice d’esprits malfaisants. Tueuse de démons. Tout le monde ne supporte pas la nuit et ses créatures, mais je ne suis pas tout le monde. Mon passé m’a beaucoup appris sur les ténèbres, et j’ai été entraînée par le meilleur. Les villes ont besoin de personnes comme nous, qui font des choses que même les flics refusent de faire, quand la nuit est tombée…
Bienvenue dans mon univers.

Mon avis : Dans le cadre d’une lecture commune sur le forum Morsures et Sortilèges, je suis repartie dans la lecture de bit-lit pure et dure et ce n’a pas été pour me déplaire.

Jill est une chasseuse de démon (tiens une variante de la chasseuse de vampires;) ) qui ne s’en laisse pas compter. Pour elle, dans le monde dans lequel elle vit, tout est noir, avec quelques dégradés de gris foncés, mais très très foncés. Elle sait que sa mission est de tuer les démons qui font plus que sortir des clous et elle le fait bien, avec un certain plaisir malsain, depuis la mort de son mentor et formateur. Oui, cette femme est amère et ce n’est pas l’arrivé en ville, dans sa ville, d’un métamorphe tueur en série psychopathe qui va arranger les choses. Elle mène alors l’enquête avec 3 autres chats-garous (enfin moi je n’appelle pas chat un félin de plus de 100kg mais bon, tout est une question de perception) travaillant pour le FBI. Parce que dans le monde de Jill peu d’humains sont au courant de l’existence de ces monstres surnaturels. Ajoutez à ça un drôle de pacte passé avec le Démon régnant sur  la ville et vous aurez alors l’ambiance noire et nauséabonde du livre.

Alors je peux vous dire que j’ai A-DO-RÉ ce livre ! Et ça ne m’arrive pas souvent de le dire ! D’ailleurs je vais même aller plus loin et dire que c’est un coup de cœur, le premier du blog  !
J’ai aimé Jill dès les premières pages, j’aime les héroïnes mystérieuses et masculines (et oui je me suis déjà analysée sur ce côté là). Cette fille là agit comme un mec, à la limite de la vulgarité et elle a un humour caustique que j’adore. Mais à côté de ça, on perçoit très bien sa fragilité de gamine ayant grandi dans la rue. Bref, un personnage noir et torturé comme je les aime !
J’ai aussi apprécié les autres personnages, qu’ils soient secondaires, ou pas. Saul tout d’abord, cet homme si parfait qu’il doit fatalement cacher des squelettes dans ses placards ; Perry, ce démon qui passe un marché avec Jill et dont on ne sait presque rien ; tout comme les autres personnages secondaires que j’ai vraiment envie de découvrir plus dans d’autres tomes.

Je suis aussi fan du style de l’auteure, son écriture est rapide et fluide, on ne traine jamais autour du pot, allant directement à l’essentiel. Lilith Saintcrow a aussi un humour que j’aime beaucoup depuis que j’ai lu Danny Valentine. De plus, j’aime beaucoup l’univers qu’elle a crée pour Jill, ou l’on flirte toujours avec la frontière du mal. On se rend bien compte que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, voire même que le blanc est une couleur qui tend à disparaître.

Je pense que je pourrais continuer longtemps à vous parler de ce livre, mais je finirais par vous en dévoiler l’histoire en entier. La meilleure façon de savoir s’il vaut le coup (et il le vaut) c’est de le lire !

Le petit plus : Le tome 2 est prév en début d’année 2012 chez Orbit. Si vous voulez découvrir un peu plus l’auteur, retrouvez mon avis sur Le baiser du démon, le premier tome des aventures de Danny Valentine.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Traquée – Rebecca Kean T1 – Cassandra O’Donnell

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 474
Prix :12,00€

Résumé : Nouvelle-Angleterre, Burlington… Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Mon avis : Il est un fait : je suis frileuse quand on me parle de livre d’uban fantasy, et a fortiori de « bit-lit », lorsque celui-ci est écrit par un auteur français. Mais ce livre a eu l’avantage d’avoir ces premiers chapitres mis en ligne, et une fois n’est pas coutume, j’ai lu le premier. Je voulais voir si ce livre était aussi prometteur ce que qu’annonçait tous ces sites sur le net… et j’ai été charmée par ces quelques premières pages.

Rebecca est une sorcière de guerre. Une sorcière puissante entrainée au combat pour éradiquer tous les êtres démoniaques de notre planète. Rebecca est en fuite, pour sauver sa vie et celle de sa fille. Rebecca vit à Burlington, ville de Nouvelle-Angleterre, qui regorge d’êtres paranormaux, peut-être pas la meilleure planque quand on veut survivre…

Dès les premières pages j’ai été happé par le livre. Le ton est donné dès les premières lignes, cinglant, direct, incisif… bref en un mot mordant. Rebecca a du caractère, de la répartie et ne se prive pas pour nous mettre au parfum de suite. Alors que certains livres prennent le temps de nous planter le décor, Cassandra choisi de nous plonger dans l’action et dans son univers dès le début.J’ai beaucoup aimé cette immersion directe, on découvre le monde dans lequel évolue Rebecca à son rythme renforçant ainsi notre empathie envers elle.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup le personnage de Rebecca, il est facile de s’identifier à elle et donc de l’apprécier. En plus des problèmes « paranormaux » à régler elle doit aussi gérer ceux liés au quotidien comme vous et moi. Elle est extra-ordinaire et pourtant confronté aux mêmes problèmes de logistiques que nous. Je l’ai trouvé beaucoup plus « abordables » que d’autres personnages d’urban fantasy.

Concernant le livre en lui même et son intrigue, même combat ! J’ai beaucoup aimé. Même si certaines actions ou conséquences sont assez prévisibles, dans l’ensemble je trouve que le monde présenté par Cassandra est cohérent et assez différent de tous ceux que j’ai pu lire. L’intrigue en elle-même n’innove pas mais elle reste cohérente et ne dénote pas avec le style de l’auteur.

En conclusion, je ne peux que vous conseiller se livre qui se lit très vite et peut s’inscrire dans la lignée des livres US en la matière.