My best friend’s exorcism – Grady Hendrix

♦ Éditeur : Milan
♦ Nombre de pages : 398
♦ Date de parution :  17 octobre 2018
♦ Prix : 16,90€
Achat: Amazon

Résumé : Suite à une soirée qui tourne mal, Gretchen est… différente. Instable. Irritable. Abby, sa meilleure amie, se demande surtout pourquoi des catastrophes aux terribles conséquences arrivent toujours quand Gretchen est dans les parages. Quand Gretchen commence à menacer et humilier Abby, cette dernière a une certitude : sa meilleure amie est possédée par le diable.

Mon avis : J’aime les histoires avec du surnaturel dans le dedans. Et celle-ci avait l’air prometteuse. En plus, elle se déroule pendant les années 80, une de mes décennies préférées, si ce n’est LA préférée !

Gretchen et Abby sont BBF. Elles ne se quittent pas depuis 6 ans et font tout ensemble. Jusqu’au jour où Gretchen change. Elle qui était si gentille devient méchante et manipulatrice… Sans oublié l’odeur qu’elle dégage à ne plus se laver…

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Cette plongée dans les années 80 que l’auteur arrive très bien à retranscrire. Il ne nous omet rien : des coiffures à l’habillement en passant par la musique (ce que je préfère) et bien sûr les moyen technologique qui nous font hausser les sourcils à nous personnes du 21ème siècle !
Abby est un personnage très attachant et aussi très mûre pour son âge. J’ai aimé sa personnalité et son style. Très kitch pour notre époque mais aussi très réaliste même si je lui laisse son maquillage et sa coiffure bien volontiers. Ces amies sont aussi très « typiques » des années 80. Il n’y a même pas besoin de l’image tellement les descriptions sont bonnes. Et bien sûr la musique ne pouvaient que me parler. Bon, j’avoue que j’ai dû faire quelques recherches sur Spotify pour découvrir quelques chansons. Oh ! J’allais aussi oublier toutes les séries TV présentes, elles aussi je les connaissais toutes.
J’ai bien évidement beaucoup aimé l’histoire (oui, parce que parler des années 80 c’est bien mais du livre c’est mieux). Elle est bien menée et pas une fois je me suis ennuyée. J’ai suivi Abby et découvert avec elle tous les éléments qui la pousse à croire à l’impensable. Tout est amené très subtilement, petit à petit le doute s’insinue et on ne sait plus quoi croire… De plus en plus l’idée du surnaturelle, de puissances obscures se font évidentes même si on aimerait y échapper.
Bref si vous voulais frissonner avec un livre et aussi faire un come back dans les années 80, ce livre est pour vous !

Je remercie Milan pour cette lecture.

11/65

American war – Omar El Akkad

♦ Éditeur : J’ai lu
♦ Nombre de pages : 506
♦ Date de parution :  12 septembre 2018
♦ Prix : 8,00€
Achat: Amazon

Résumé : Une guerre a éclaté aux Etats-Unis opposant le Nord et des rebelles du Sud, au sujet des énergies fossiles. Quand le père de la petite Sarat Chesnut est tué, elle est envoyée avec sa mère dans un camp de réfugiés. Au fil des épreuves, Sarat se mue en une jeune femme féroce et révoltée, qu’un homme transforme en une véritable machine de guerre.

Mon avis : La lecture du résumé m’a interpelée, même si je dois avouer que je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Parfois, j’aime sortir de ma zone de confort et découvrir de nouveaux genres.

Nous sommes dans la seconde moitié du 21ème siècle et les hommes payent leur excès sur la planète. Pour sauver la terre les mesures à prendre divisent les États-Unis qui perdent de leur rayonnement international. Au milieu de tout ça Sarat et sa famille essayent de survivre.

J’aime les romans d’anticipation et celui-ci fait plutôt froid dans le dos.
Tout d’abord parce qu’il se passe dans un futur proche, trop proche. L’histoire commence dans une cinquantaine d’année à peine. Ensuite parce que le conflit qui éclate aux USA est plus que crédible quand on connait un minimum l’histoire de ce pays. C’est ce qui fait peur, tout le long de la lecture on se ne peut s’empêcher de se poser la question « Et si ça arrivait ? Et si ça se passait comme ça ? ». Et là, je ne sais pas si je voudrais encore être en vie.
L’auteur écrit tout ça avec beaucoup de justesse, on sent toute la détresse des populations les plus pauvres des états du sud des États-Unis qui subissent les décisions prises par les plus puissants, souvent pour des raisons d’égo et des jeux de pouvoirs qui leur échappent.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Sarat. Assister à l’évolution de cette petite fille plutôt naïve et très curieuse en jeune femme rempli d’envie de vengeance et prête à tout pour y parvenir est très perturbant de réalisme. Cela la rend très attachante. J’ai vibré et pleuré avec elle, j’ai également crié à l’injustice… mais je n’aurais surement pas eu sa force pour agir et essayer de changer tout ça. C’est un exemple de courage et de persévérance.
J’ai passé un très bon moment lecture avec ce livre, qui fait réfléchir sur l’avenir du monde tel que nous le connaissons.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.