C’est pas grave – Jo Hoestlandt

 Éditeur : Milan / Collection Macadam
Nombre de pages : 122
Date de parution : 22 janvier 2014
Prix : 10,50€ Notepaillons4

1471994_10202355637632841_2094086805_nRésumé : Chloé, 14 ans, conjugue sa vie d’ado au jour le jour.
Je, c’est elle, le jour où elle explose contre sa mère avec des mots qui font mal, à celle qui les entend, mais aussi à celle qui les prononce.
Tu, c’est Mathis, son petit copain qui ne veut plus d’elle. Première rupture.
Il, c’est son père, parti si tôt de la maison, qui n’a pas accompagné toute son enfance et qui essaie de se racheter bien maladroitement.
Elle, c’est la version parfaite de Chloé, celle qu’elle voudrait être, la créature de rêve des magazines, mystérieuse et hautaine.
On, c’est une histoire d’amitié entre Liza et Chloé. Une histoire si forte qu’elle en est devenue fraternelle, mais qui s’est brisée, à cause de Mathis justement.
Nous, c’est elle et sa grand-mère, un dialogue entre deux générations ; une grand-mère qui dit à Chloé ce que sa mère n’a jamais pu – ou su – lui dire.
Vous, c’est ce prof d’histoire passionné et passionnant, qui l’intéresse au monde et qui la valorise.
Ils, c’est toutes ces personnes qui parlent à la télé ou dans sa classe. Ceux qui pensent tout savoir et pouvoir répondre aux besoins de Chloé et de son entourage. Ceux qui sont loin mais se croient près.
Elles, ce sont les filles de l’autre côté de la rue. Celles qui se croient supérieures, celles qui sont riches, différentes de Chloé et de ses voisines. Mais c’est aussi celles qui sont un peu des deux.
Bref, dans la vie de Chloé tout va mal, mais ça va quand même.

Mon avis : J’aime beaucoup la collection Macadam pour ses livres fantastiques mais aussi pour ceux qui parlent de sujet plus personnel qui concernent les adolescents et qui trouvent souvent une résonance en moi.

Ce livre est une journée dans la vie de Chloé, une journée vidage de sac, qui commence avec sa maman et tous ses proches y passent. La vie de Chloé ressemble à celle de tous les ados, elle a ses hauts et ses bas, mais c’est pas grave, elle continue quand même.

Chloé a réussi à faire vibrer l’ado qui sommeille en moi depuis plusieurs dizaines d’années maintenant (le premier qui pense que du coup je dois être vieille, sort ! (les autres aussi d’ailleurs)). Sa révolte, c’est celle que j’ai eu au même âge. Pas forcément pour les mêmes raisons, pas forcément envers les mêmes personnes, mais c’est celle que ressent chaque ado à un moment donné.
L’auteure à réussi à trouver les mots justes, à retransmettre les sentiments d’injustices qu’on ressent à cet âge, quand on n’est plus vraiment un enfant et qu’on est encore loin d’être un adulte. Quand on cherche sa place sans la trouver. Quand on réalise que la vie peut être tout aussi géniale que pourrie ! Et que quoi qu’on fasse, ça restera comme ça. Que beaucoup de choses dépendent de nous mais que beaucoup d’autres échappent à notre contrôle et qu’on ne peut rien faire d’autre que composer avec. Avancer encore et toujours, parce que c’est pas grave.

Chloé nous explique tout ce qui ne va pas dans sa vie maintenant, que parfois elle voudrait tout envoyer bouler, mais que son rôle d’ado se cantonne à courber le dos et à continuer, parce que les adultes ne comprennent pas toujours les mal êtres des ados. Oui, ils l’ont été, mais visiblement quand on devient adulte, on les oublie. Alors Chloé continue et puis de toute façon ses petits tracas adolescente ne sont pas graves.
Je pense que ce livre est à mettre entre toutes les mains. Celle des ados, pour qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas seuls, que tous ils traversent cette période où ils sont désappointé. Et celle des adultes, pour qu’ils se rappellent qu’ils ont été ados, qu’ils se mettent un peu plus à la place de leurs enfants et qui sait permettre une meilleure entente entre ces deux générations qui s’aiment mais ne parlent pas toujours le même langage.

Je remercie la collection Macadam pour cette lecture.

 

27/60

29/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Publicités

Ghost huntress tome 1 – L’éveil – Marley Gibson

 Éditeur : Panini / Collection Scarlett
Nombre de pages : 446
Date de parution : 21 août 2013
Prix : 16,00€ Notepaillons5

555232_159803320875835_1770573955_nRésumé : Comme toutes les adolescentes de son âge, Kendall Moorehead va au lycée, sort avec ses copines et cherche un petit ami. Sa vie est bouleversée lorsque sa famille quitte Chicago pour la petite ville de Radisson. Elle se met alors à percevoir des choses autour d’elle, elle entend d’étranges bruits et sent la présence des défunts. Totalement démunie face à ce changement, elle s’adresse à la voyante de la ville qui va lui apprendre à maîtriser son don. Entourée d’un groupe d’amis, Kendall va créer une bande de chasseurs de fantômes. Avec ses dons et la technologie dernier cri dont ils disposent, ils vont tenter de nettoyer Radisson de ses esprits les plus malfaisants.

Mon avis :Outre sa couverture super chargée et super kitch, ce qui m’a attiré c’est le résumé du livre, un demoiselle qui chasse les fantômes et moi j’aime les fantômes et ce qui est paranormal !

Kendall se retrouve dans une nouvelle ville parce que son père a été muté. Quand on a 16 ans faire sa rentrée dans un nouveau lycée c’est pas facile, mais elle gère plutôt bien. Non, le plus difficile c’est de découvrir qu’on peut communiquer avec les esprits. Et pour ça Kendall est servie !

J’ai passé le temps de ma lecture à me bidonner ! Kendall a un sens de l’humour qui colle totalement au mien et les références faites aux séries TV, films et autres éléments de notre époque m’ont réellement parlée. J’ai aussi aimé sa façon de parler assez cash et son vocabulaire « jeun’s » mais pas trop racaille (histoire que la mamie que je suis ne sois pas trop larguée). Cette demoiselle fait face à des événements qui la dépasse mais elle garde quand même son sens de l’humour et ça a été pour moi une véritable lecture fraicheur ! Un moment agréable où j’ai pu me vider la tête.
Il est vrai que le livre tarde un peu à démarrer, qu’il est parfois lent mais il doit poser les bases d’un premier tome, présenter tout les personnages et surtout détailler le monde des chasseurs de fantômes. Il est également parfois un peu technique mais dans l’ensemble j’ai su garder pied et j’ai compris toutes les explications. L’enquête mener par Kendall et ses amis est plutôt « gentille » mais elle laisse présager une montée en puissance dans les prochains tomes et j’espère que j’arriverai à lire rapidement le prochain qui attend déjà bien gentiment dans ma PAL.

Le petit plus : Le second tome est déjà paru et son titre est Le guide.
26/60

26/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Mon plus grand combat – Flo Jallier

 Éditeur : Sarbacane / Collection Exprim’
Nombre de pages : 238
Date de parution : 4 janvier 2014
Prix : 14,90€ Notepaillons5

91ezF143SIL._SL1500_Résumé : Il n’y a pas qu’une seule façon de venir au monde. Moi, je suis née deux fois. La première, en petit enfant malade, victime d’un asthme violent découvert à la naissance, qui m’a valu un avis médical interdisant toute activité sportive, et même toute sortie prolongée. Et la suivante, lorsque mon poing a percuté le front de Jacky, mon futur entraîneur, sept ans plus tard.

Mon avis : J’aime les romans atypiques proposés par la collection Exprim’ de Sarbacane et celui-ci n’a pas fait exception à la règle. Le résumé m’a donné envie de suite et aussitôt reçu aussitôt lu !

Tara est boxeuse. La boxe c’est toute sa vie. Tout tourne autour depuis qu’elle à l’âge de 7 ans. Jusqu’au jour où un grain de sable dans le mécanisme va tout remettre en question.

Il va être difficile pour moi de vous parler clairement de ce livre. Il a remué pas mal de choses en mois, j’ai ressenti plein de sentiments et je dois mettre tout ça au clair.
L’auteur réussi à aborder habillement plusieurs thème à travers l’histoire de Tara. Ce quit fait qu’un jour on arrive à faire de la boxe, pourquoi on continue, pourquoi on en est là aujourd’hui…
Dès les premières pages du livres on découvre une Tara sombre, taciturne qui a une vie régler sur du papier à musique la boxe, le meilleur ami et la coloc’. On apprend à connaître une femme déterminée avec une volonté de fer, qui a tout fait pour arriver au sommet de son sport. Puis, on découvre les failles, microscopiques au départ, et qui grandissent au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture. Cette jeune femme qui avait l’air toute blanche au début est en fait un nuancier de gris et une petite fille fragile.

Tara m’a touchée, une partie de son histoire m’a parlé intimement. Les sentiments dont elle parlait trouvaient échos en moi et bien souvent j’ai été émue. Au delà de l’immersion dans ce sport violent que peut être la boxe, sport masculin par excellence, elle nous trace le portrait tout en nuance d’une jeune adulte qui au final, se cherche, fait des erreurs et essayent de les réparer avec ses moyens.
J’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai dévoré en quelques heures, tant je voulais connaître les pourquoi des comment de l’histoire de Tara. Je le conseille vivement ! Car il montre qu’il est important d’avoir une voie dans la vie, de savoir ce qu’on veut et de se donner les moyens d’y arriver, mais il souligne également qu’il ne faut pas s’oublier dans cette course à la réussite.

Je remercie la collection Exprim’ pour cette lecture.

Le petit plus : Retrouvez le tout nouveau site d’Exprim ICI et leur page Facebook

 

25/60

25/60


Cliquez si vous souhaiter acheter.

Anita Blake tome 18 – Flirt – Laurell K. Hamilton

 Éditeur : Bragelone
Nombre de pages : 188
Date de parution : 27 septembre 2013
Prix : 15,00 Notepaillons2

711xKqPss0L._SL1500_Résumé : Relever les morts, c’est ce que je sais faire le mieux. D’ailleurs, je suis la meilleure du pays. Raison pour laquelle j’ai reçu peu, celui-ci m’a un certain Tony Bennington. Veuf depuis me exorbitante, un service demandé, en échange d’une peu courant : ramener feu son épouse à la vie. Mais ça, même si je suis pleine de compassion, c’est hors de question : ce qui sortirait de la tombe ne serait pas vraiment le miracle auquel s’attend cet homme. On dirait bien pourtant qu’un refus poli ne lui suffira pas et il a laissé entendre qu’il savait beaucoup de choses sur ma vie et mes amants.

Mon avis : Je continue cette série parce qu’elle a été la première du genre que j’ai lu et qu’elle a un place particulière dans ma bibliothèque, mais comme je l’ai déjà dit dans plusieurs de mes avis précédents, depuis le tome 10 le plaisir de lecture est plutôt variable…

Mon avis ne sera pas construit comme d’habitude, quand on arrive au 18ème tome d’une série, il est difficile d’en écrire un avis. Déjà, pas de résumé personnel, si vous ne connaissez pas la série, vous seriez plutôt perdu qu’autre chose. Alors je vais passer directement à mes impressions.
Pour aller à l’essentiel, je dirais que dans l’ensemble j’ai été déçu par le livre. Ça commençait plutôt bien, pour une fois le tome mettait l’accent sur l’intrigue policière et juste sur l’intrigue, avec de nouveaux personnages que j’étais contente de découvrir et là je dois bien avouer que l’auteur sait écrire ses enquêtes, qu’elles sont bien menées et qu’à chaque fois je me laisse emporter (même si pour le coup, j’avais un peu deviner le « truc »). Là où le bas blesse pour moi, c’est la vie amoureuse de l’héroïne, je n’en peux plus de cette accumulation !! C’est pas crédible pour deux sous ! Oui, je sais les vampires, les loups-garous et les zombies non plus. Mais là ça passe plus… A chaque fois je pense que l’auteure va se calmer mais non, elle en rajoute. STOP ! Parfois faut savoir d’arrêter ! Laurell, si tu m’entends…

Dans l’ensemble ma lecture a été rapide et plutôt plaisante, mais c’était parce que c’est un court roman, pas dit que le prochain me séduise. Je sais, je dis tout le temps ça, et finalement je continue, jusqu’au jour où je n’en aurai vraiment plus envie… On ouvre les paris ? 😉


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Peeps tome 1 – V Virus – Scott Westerfeld

 Éditeur : Milan / Collection Macadam
Nombre de pages : 284
Date de parution : 23 octobre 2013
Prix : 13,90€ Notepaillons5

V-VIRUS-NE_ouvrage_largeRésumé : Cal est un étudiant des plus ordinaires. Enfin, était. Depuis qu’il a passé la nuit avec la mystérieuse Morgane, il a développé une étrange maladie. Il voit la nuit, a des envies de viande rouge, saignante même… Porteur sain d’un virus qui le dépasse, il ignore encore qu’il est au cœur d’une nouvelle guerre pour la survie de l’humanité.

Mon avis : Ce livre est une réédition. Milan a la bonne idée de ressortir dans sa collection Macadam des livres pas mal du tout ! Après avoir lu le synopsis, mon côté fan de vampires a voulu connaître la façon dont l’auteur nous les présente.

Cal est un étudiant dont la vie a basculé le jours où il est devenu « demi-vampire » et par la force des choses chasseur de vampire. Cela fait 6 mois qu’il les courses, mais il va vite réaliser que ce qu’on lui explique depuis 6 mois sur le monde qu’il vient de découvrir est beaucoup plus complexe que ce qu’il ne pensait…

Je suis amatrice de vampire depuis que j’ai lu la saga des vampires d’Anne Rice, ceux-ci sont devenus mon genre de prédilection. J’aime lire des romans « classique » mais j’aime aussi être surprise par l’imagination des auteurs qui adaptent le mythe à leur monde imaginaire. Et avec V virus, j’ai été servie ! Dans cette histoire le vampirisme est une maladie et perso, ça m’a donné des sueurs froides.
Avec Mr Westerfeld le vampirisme prend une autre dimension, il devient concret. Ça façon de nous présenter le mythe alternativement comme un virus ou comme un parasite le rend tangible et on se demande si nous n’allons pas attraper cette maladie nous aussi. Au genre « horreur » dans lequel sont souvent classées les histoires de vampire, l’auteur rajoute le genre science fiction. Voire science tout court et j’ai adoré ça ! Cela change et j’ai été complétement emporté par l’histoire.
Les personnages ont su me séduire. Cal est un jeune homme de 19 ans qui roule un peu des mécaniques mais il garde aussi la tête sur les épaules et mène sa mission correctement et même plus que ça. Pour un jeunot il se débrouille plutôt bien !
La mythologie est elle aussi très poussée et j’y ai de suis adhéré. Un petit reproche tout de fois, mais c’est souvent le cas des premiers tomes, le monde est planté au détriment de l’intrigue qui passe un peu en arrière plan et qui s’accélère un peu trop sur la fin, mais il est difficile de tout aborder en un seul livre.
J’ai aussi beaucoup appris avec les chapitres « scientifiques » intercalés dans le livre qui m’ont éclairé sur pas mal de « choses » de notre quotidien. Même si je m’en serais bien passé !

24/60

24/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.